Crowdfunding immobilier

Les promoteurs et épargnants séduits par le crowdfunding immobilier

Le financement de projets par le crowdfunding immobilier connaît un succès grandissant. C’est ainsi que depuis quelques années, plusieurs dizaines de millions d’euros ont été levés en Europe.

Quelques chiffres

Pour le marché luxembourgeois, à l’heure actuelle aucune levée de fonds n’a été réalisée, ce qui ne permet pas de se faire une idée d’une dynamique sur ce marché. En prenant le cas de la France, voisin direct du Grand-Duché, on se rend compte facilement que le crowdfunding immobilier offre de nombreuses opportunités et suscite une forte demande de la part des épargnants et professionnels de l’immobilier. 75 millions d’euros ont été levés depuis 2014 pour 188 projets sur 20 plateformes actives dans ce secteur. La mise en relation des promoteurs avec les épargnants investisseurs va permettre une double action :

  1. Renforcer les fonds propres des promoteurs et initier de nouveaux projets avec à la clé un développement du chiffre d’affaires et la création de nouveaux emplois
  2. Offrir une diversification pour des placements offrant une rentabilité souvent comprise entre 8 et 12% sur une durée comprise généralement entre 18 et 24 mois

Le crowdfunding réduit les tickets d’entrée et rend accessible aux investisseurs particuliers des projets immobiliers offrant d’excellentes perspectives de rentabilité » Johan Poor, Vice-président de Bee Invested

Un succès populaire qui s’explique ?

Un historique de seulement 4 années pour le crowdfunding immobilier a suffit pour que ce mode d’investissement s’impose dans le portefeuille des petits épargnants à la recherche de diversification. La raison d’un tel engouement ne peut s’expliquer par un seul facteur, mais comme l’argent est la corde sensible des investisseurs, les rentabilités proposées peuvent apporter quelques éléments de réponse. En moyenne, les projets financés permettent d’offrir entre 8 et 12% de rentabilité ce qui est jugé élevé en comparaison de la rentabilité des livrets épargne proposés par les banques.

A chacun ses moyens, puisqu’avec des tickets d’investissement débutant à 1’000€, le crowdfunding immobilier est accessible à tous. Chacun peut ainsi investir dans des projets immobiliers sans pour autant avoir recours à l’endettement comme c’est souvent le cas actuellement.

L’horizon d’investissement est un autre argument expliquant le succès du crowdfunding immobilier. Entre 18 et 24 mois sont ainsi nécessaires pour espérer un retour sur investissement et un remboursement des capitaux placés, bien loin des 20 ans de moyenne lorsqu’il s’agit d’acheter un bien locatif.

Les plateformes apportent aussi une diversification dans l’immobilier résidentiel, de bureau ou commercial ce qui permet de limiter les risques. Elles offrent également l’opportunité de choisir soit même ses projets a contrario d’un investissement dans un fonds immobilier ou l’investisseur a peu de pouvoir sur l’allocation effectuée..

Des investissements risqués ?

Le crowdfunding immobilier n’est pas dénué de risques mais avec des rendements aussi élevés, ont ne peut pas les éviter. Risque de perte partielle ou totale du capital, manque de liquidité pendant la durée du projet, promoteurs ou plateformes sans les compétences requises.

Jusqu’à présent, aucun grand scandale n’est venu ternir ce marché pourtant récent, que ce soit en Europe, ou aux Etats-Unis. Comment expliquer qu’un mode de financement avec une croissance fulgurante ne voit pas émerger de dysfonctionnement notoires ?

Avant tout, de nombreux pays ont choisi la voie de la régulation pour protéger les investisseurs. Les plateformes ont l’obligation de fournir une transparence totale dans les projets qui sont en financement. Un prospectus doit notamment être fourni et détailler tous les points essentiels du projet. L’information étant normalisée, un investisseur doit retrouver les mêmes informations, peu importe la plateforme sur laquelle il se trouve. Ce cas de figure est vrai pour des marchés comme la France, l’Allemagne ou le Royaume-Uni. Au Luxembourg ou en Suisse, les autorités n’ont pas fait le choix de la régulation, cependant certaines plateformes actives dans ces pays font le choix de calquer leurs processus sur des pays comme la France ou l’AMF a effectué un excellent travail pour réguler et ainsi permettre un développement sain du crowdfunding immobilier.

Il n’existe pas d’investissement idéal qui permettrait d’avoir une rentabilité sans prendre de risque. Malgré tout, investir dans la pierre reste un placement prisé par la plupart des particuliers, que ce soit sous la forme d’un bien acheté pour une mise en location, par le biais des foncières cotées ou maintenant par le crowdfunding.

Ce nouveau moyen de diversification dans des projets accessibles facilement en ligne reste néanmoins à un niveau embryonnaire. Des challenges attendent cette industrie, notamment celui d’une harmonisation de la législation au niveau européen, pour voir émerger des acteurs pouvant distribuer leurs offres dans tous les pays de l’UE et proposer de la sorte une diversification géographique des placements et un accès à l’information identique.

Avez-vous déjà investi grâce au crowdfunding immobilier, faites nous part de votre expérience en écrivant un commentaire.

 

L’équipe Bee Invested

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *