pole-mondial-fintech-820px-x-400px

La Suisse : un pôle mondial des Fintech ?

Dans le petit monde des startups, les Fintech attirent particulièrement l’attention ces derniers temps. Ces startups qui souhaitent révolutionner le système financier sont à la mode depuis quelques années et intéressent fortement les investisseurs. La Suisse semble avoir pris en compte l’importance de la tendance et cherche à offrir un environnement favorable pour les sociétés Fintech.

Un cadre légal favorable à la protection des données

La meilleure illustration du cadre légal suisse vient de Xapo, une startup basée précédemment à Palo Alto dans la Silicon Valley qui a décidé de relocaliser son siège social à Zurich en Suisse. Une décision a contre-courant de ce que font les startups puisque l’on a plus l’habitude de voir des compagnies traverser l’Atlantique vers la Californie que l’inverse. Pour ceux qui ne connaissent pas cette startup, Xapo combine les avantages d’utiliser un portefeuille Bitcoin au quotidien avec le même niveau de sécurité qu’un stockage dans un coffre fort. La Suisse à une longue histoire de neutralité et de stabilité qui ont un joué un rôle majeur dans la décision de la startup de se relocaliser à Zurich. Selon Wences Casares, CEO de Xapo, s’établir en Suisse a été fortement encouragé par les clients actuels et potentiels principalement pour des raisons de sécurité.

« La Suisse a une longue tradition pour la protection de la vie privée et financière. Le droit fondamental pour les personnes à la protection de la vie privée est établi dans l’article 13 de la constitution fédérale Suisse et la protection des informations financières privées sont toujours d’actualité de part les dispositions de la loi bancaire suisse de 1934 »

De nombreuses initiatives émergent dans toute la Suisse pour encourager les entrepreneurs de la Fintech

2015 a été témoin de la création de deux incubateurs dédiés aux Fintech, SIX Fintech Incubator F10 à Zurich et Fusion à Genève. Ces deux incubateurs ont pour ambition de permettre le lancement de grandes entreprises Fintech et de créer des ponts entre de jeunes startups et des institutions financières établies de longue date telles que les banques ou sociétés d’assurance. La vision annoncée est de faire coopérer le monde des grandes entreprises avec celui des entrepreneurs plutôt que de créer un climat de compétition. Cependant, les signaux que nous recevons des banques n’abondent pas dans ce sens. Ces dernières ne souhaitent, en effet, pas se faire distancer dans la course à l’innovation. Plusieurs d’entres elles ont d’ores et déjà embrassé les changements technologiques qui ont lieu dans le secteur financier. A titre d’exemple, UBS, la banque cantonale de Zurich et la bourse suisse ont décidé de s’associer pour créer Paymit une application de paiement disponible sur Apple Store et Google Play.

La position favorable de la FINMA pour les activités digitales

Mark Branson, le CEO de la FINMA a été l’un des principaux conférenciers lors du Zurich Business Club début septembre. Selon Branson, le gouvernement devrait mettre en place un cadre technologique neutre pour ne pas freiner la création et l’expansion des activités digitales. Il nous rappelle également que le principe de base concernant la régulation tel qu’il existe actuellement en Suisse fourni un terreau fertile pour l’innovation digitale. Durant son intervention Mark Branson a réitéré que la FINMA « a un intérêt vital dans le développement et l’adaptation de sa régulation pour le monde digital ». La FINMA a révisé ses décrets en matière d’anti-blanchiment (AML) en introduisant des règles et en établissant un cadre d’authentification en ligne pour qui soit adapté au digital. Ce qui doit retenir l’attention de tout entrepreneur suisse est que Branson a indiqué que la FINMA considère sérieusement l’assouplissement des prérequis à l’obtention de licences pour les jeunes startups Fintech. Les conditions préalables sont que le volume d’activité reste bas et que les maturités des actifs ne soient pas transformées (dépôt à court terme en dépôt à long terme). La FINMA semble avoir bien estimé l’importance et le potentiel d’un centre financier Suisse qui soit dynamique et innovant. Nous ne pouvons qu’espérer que les régulateurs prendront la même voie.

Un commentaire sur “La Suisse : un pôle mondial des Fintech ?

  1. De nombreux pays tentent de créer des hub fintech régionaux. En quoi la Suisse est-elle mieux équipée pour réussir ce challenge ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *