investir-en-suisse-820px-x-400px

Investir en Suisse

L’année 2015 a été compliquée, taux d’intérêts négatifs, forte appréciation du franc suisse, une économie attentiste, un PIB qui s’est rétracté de 0,2%. Cependant la nécessité de placer son argent afin de faire fructifier son patrimoine est bien présente. Quelles sont les pistes à étudier pour 2016 ? Quels seront les prochains investissements lucratifs ? Nous vous proposons d’y répondre dans cet article.

Garder ses liquidités à disposition ?

Quoi de plus liquide que son argent placé sur un compte bancaire sans aucun engagement. Solution de facilité mais sans aucun doute la moins rentable puisque tout espoir de gains est douché par les frais appliqués par les établissements bancaires. En outre aucune amélioration de la conjoncture étant à prévoir, sans une accélération mondiale et une consommation domestique soutenue, qui peine à se concrétiser. Autre problème d’importance pour la Suisse, l’inflation qui ne semble toujours pas prête à repartir à la hausse. La banque J.Safra prévoit ainsi une chute des prix de 1% pour fin 2015 et 0,7% en 2016. Le franc fort peut être un avantage surtout dans ces périodes troublées en décidant de faire des placements monétaires dans d’autres devises, n’empêchant pas de récupérer ses liquidités rapidement en cas de coup dur ou de chute de valeur de notre monnaie.

Actions ?

Investir en achetant des actions de sociétés cotées ? Cet actif peut se révéler être très intéressant surtout dans le contexte actuel ou les banques centrales sont prêtes à injecter massivement des liquidités dans l’économie.

Point noir ce cet actif, leur prix. Actuellement à des niveaux de prix historiquement hauts, la prudence est de rigueur et la diversification une obligation. Gérer son portefeuille d’actions soi-même peut s’avérer être plus avantageux que de faire appel à des outils de gestion génériques. Acheter des actions cotées en Suisse est fortement conseillé, surtout pour éviter les fluctuations des taux de change comme on a pu le connaître cette année.

Valeur refuge

L’or reste le métal précieux le plus en vue et le plus couru dans les périodes de turbulences financières ou de doutes sur la santé de l’économie. Après une hausse importante ces dernières années, l’actif subit à présent une correction. Le cours de l’or est fortement corrélé à la situation économique, illustré particulièrement entre 2000 et 2012 avec une multiplication de sa valeur par 7. Pour investir dans l’or il faut avant tout observer le contexte économique. Cependant l’investissement comporte des risques. Pour exemple, l’or n’a pas connu de hausse particulière malgré le risque de faillite des États-Unis suite aux échecs répétés à rehausser le plafond de la dette souveraine. L’or pâtit également depuis quelques années d’un regain d’intérêt des particuliers pour le secteur boursier. Conclusion : acheter de l’or en période troublée mais investissement stérile lorsque l’économie se porte bien.

Le capital risque

Effectuer un placement dans une entreprise non cotée pour générer une plus-value est la dernière chose à laquelle on pense lorsqu’il s’agit d’investissement. C’est d’ailleurs le dernier point traité dans cet article.

Pourquoi en parle t’on rarement comme une solution alternative aux placements monétaires, actions, obligataires ou en métaux précieux ? Principalement parce que le secteur reste très élitiste et méconnu du grand public. Il est vrai que pour investir dans le capital-risque il faut être fortuné ; entrepreneur accompli, financiers ou rentiers nantis sont les principaux acteurs de ce marché, hors fonds d’investissements. En effet les tickets d’investissements minimum sont élevés, généralement à partir de 50’000 voir 100’000 CHF.

Autre point qui rebute les investisseurs potentiels, une certaine aversion aux risques liés à ce type d’investissement. Si les risques restent très élevés, les plus-values le sont tout autant, en moyenne entre 220 et 250% de rentabilité sur un horizon moyen terme de 5 ans avec une diversification portée sur plusieurs sociétés.

Autant dire qu’être millionnaire est la condition sine qua non pour entrer sur ce marché.

Cependant les lignes bougent et des solutions émergent, notamment grâce à un nouveau mode d’investissement, le financement participatif en capital ou equity crowdfunding.

Des tickets d’investissement réduits, à partir ce 10 CHF pour placer des capitaux, un audit effectué au préalable sur chaque startup afin de proposer des produits contrôlés, un grand nombre de secteurs d’activités représentés permettant de diversifier ses investissements et ses risques.

Avantage non négligeable, toutes les étapes de l’investissement se font en ligne, permettant au plus grand nombre d’accéder aux propositions d’investissement.

En somme, au delà du produit dans lequel un investissement se fait, de nombreux paramètres sont à prendre au regard de sa situation personnel  avec comme  considération l’objectif de faire fructifier son patrimoine.

Un commentaire sur “Investir en Suisse

Répondre à Maxime Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *